Chaque région de France ne bénéficie pas de la même exposition solaire toute l’année. Sur les 643 800 km2 du pays, le nombre d’heures d’ensoleillement annuel reste particulièrement variable d’une localité à une autre. Si dans certaines parties du territoire, le soleil est présent jusqu’à plus de 7 h par jour, dans d’autres, son exposition dure à peine 4 h 17 mn dans la journée. Plusieurs paramètres comprenant le relief, la latitude et la nature des vents se trouvent à l’origine de ce phénomène.

Les villes du sud sont les plus ensoleillées

L’exposition solaire en France est inégalement répartie. Les villes du sud bénéficient d’une fréquence d’exposition maximale par an. Marseille figure tout en haut de la liste avec 2 858 heures de soleil par an suivi de près par d’autres agglomérations du sud-est comme Toulon avec 2 839 heures de gisement solaire.

D’autres villes comme Ajaccio et Nice se trouvent également bien placées avec une exposition solaire respective de 2 756 heures par an et de 2724 heures par an. Nice bénéficie notamment de facteurs qui jouent à son avantage comme le mistral qui dégage les nuages et l’anticyclone remontant des Açores.

emplacement-avantage-énergie-solaire-fréquence

Malgré un emplacement avantageux, certaines localités comme Biarritz sont plutôt défavorisées par les phénomènes naturels. En provenance de l’Atlantique, les nuages ont tendance à s’accumuler sur les Pyrénées privant ainsi la région d’une exposition solaire optimale.

L’exposition solaire en France selon les saisons

Si la localisation des villes est un des facteurs déterminants pour leur exposition solaire, les saisons jouent aussi un rôle majeur. L’ensoleillement en France n’est en effet pas le même en été comme en hiver. Pendant la saison chaude, le sud, la zone plus exposée aux rayons solaires, peut fournir une puissance d’ensoleillement de 5 kWh/m2/jour.
La vallée du Rhône et la région ouest se situent dans une zone intermédiaire et enregistrent une exposition solaire de 4,5 kWh/m2/jour. Ce chiffre descend à 3,8 kWh/m2/jour pour les parties nord, le centre et les zones proches des Pyrénées et des Alpes.

Lorsque l’hiver s’installe, avec un temps nuageux et l’arrivée des neiges, cette puissance d’ensoleillement descend fortement partout. Les régions du sud restent toutefois en tête avec un taux d’exposition solaire moyenne de 2,4 kWh/m2/jour.

Pour les zones intermédiaires comprenant l’ouest, le sud-ouest et certaines parties du centre, ce gisement solaire peine à atteindre une moyenne de 1,6 kWh/m2/jour. Le nord reste en bas de la liste avec un rendement au mètre carré par jour atteignant difficilement les 1 kWh. Malgré ces grandes différences en fonction de la région et de la saison, le gisement solaire en France peut encore être exploité dans l’ensemble du territoire.

Comment profiter pleinement de l’exposition solaire dans sa région ?

régions-saisons-panneau-solaire-sud

Quelle que soit la région, le rendement d’un panneau solaire peut être optimisé. Pour y arriver, vous devez tenir compte d’une orientation plein sud et d’une inclinaison d’environ 35°. Le non-respect de cette disposition peut entraîner une perte conséquente au niveau du rendement énergétique.

À titre d’exemple, un panneau solaire orienté vers le sud fournit 87 % d’énergie avec une inclinaison de 0°. Ce rendement s’élève à 100 % dès que l’inclinaison est de 30°. Il descend à 93 % avec 60° d’inclinaison et à 67 % avec 90° de pente.

Avec une orientation sud-est, sud-ouest, est et ouest, le rendement reste à 87 % pour une inclinaison de 0°. Si cette dernière est de 30°, le rendement est de :

  • 95 % pour le sud-est et le sud-ouest ;
  • 82 % pour l’est et l’ouest.

Le rendement le plus bas est de 48 %. Il découle d’une orientation est et ouest avec une inclinaison de 90°.
Lors de votre calcul, prenez en compte la baisse de puissance de vos panneaux au fil du temps. Après 20 ans, ces dispositifs ne fournissent plus que 80 % de leur rendement initial.

Bilan énergétique