Les pompes à chaleur air-air et air-eau sont des équipements de chauffage qui visent à optimiser la performance thermique d’un logement. Puisant les calories de ressources renouvelables et n’émettant pas de gaz polluants dans l’atmosphère, elles préservent l’environnement. Découvrez les points communs et les différences du point de vue technique et financier entre ces deux modèles.

Caractéristiques des pompes à chaleur air-air

Les pompes à chaleur air-air et air-eau diffèrent sur plusieurs points. Contrairement au dispositif air-eau, la pompe à chaleur (PAC) air-air assainit l’air ambiant grâce à sa capacité de déshumidifier. Elle présente en outre un coût et une fréquence d’entretien réduits.

pompe-à-chaleur-air-air

L’absence de radiateur pour le modèle air-air fait aussi partie des différences notoires entre les pompes à chaleur air-air et air-eau. Pour le dispositif air-air, une unité murale prend la place du radiateur et diffuse l’air chaud à l’intérieur de l’habitation.

Ce système permet de garder une température ambiante à l’intérieur du logement en toute saison. La modulation de la température est aussi possible. Vous pouvez ainsi opter pour une température plus élevée dans certaines pièces de la maison et plus fraîche dans d’autres.

Les avantages obtenus ne sont également pas les mêmes avec les pompes à chaleur air-air et air-eau. En effet, si la PAC air-eau est éligible au crédit d’impôt, ce n’est pas le cas de la PAC air-air. Par ailleurs, cette dernière ne permet pas de chauffer l’eau sanitaire.

Enfin, la PAC air-air est surtout utile dans les régions chaudes où un rafraîchissement de la température intérieure est nécessaire pendant la saison estivale.

Les pompes à chaleur air-eau

pompe-à-chaleur-air-eau

Les pompes à chaleur air-air et air-eau sont toutes les deux compatibles avec une construction neuve ou ancienne. Le modèle air-eau peut être raccordé au système de chauffage principal de l’habitation et utilisé pour produire de l’eau chaude sanitaire. Des radiateurs basse température ou un plancher chauffant jouent ainsi le rôle de diffuseur pour la chaleur produite.

La pompe à chaleur air-eau est surtout indiquée si vous optez pour des travaux de rénovation de votre chauffage. L’absence de surface de captage facilite l’installation de ce dispositif. Son unité extérieure ne nécessite pas beaucoup de place, d’où la possibilité de l’installer dans une cour ou un petit jardin. Enfin, le crédit d’impôt de 30 % instauré depuis 2014 est encore en vigueur pour les pompes à chaleur air-eau.

Les pompes à chaleur air-air et air-eau n’offrent pas les mêmes performances selon les saisons. En hiver, le dispositif air-eau est très sollicité à cause d’une température extérieure relativement basse. Pour combler les besoins en chauffage et obtenir une température optimale, vous pouvez l’associer à une résistance électrique.

À noter que certains modèles de PAC air-eau présentent des inconvénients acoustiques. Les bruits proviennent essentiellement du système de ventilation extérieur.

Similitudes entres les pompes à chaleur air-air et air-eau

Lorsque la température hivernale descend très bas, aucun des systèmes ne peut fonctionner de manière autonome. Une unité de chauffage supplémentaire est alors requise. D’autre part, les pompes à chaleur air-air et air-eau cessent automatiquement de fonctionner lorsque la température descend en dessous de 10°C.

Autre point : les pompes à chaleur air-air et air-eau utilisent de l’énergie renouvelable et n’émettent aucun gaz polluant dans l’atmosphère. Leur utilisation vous permet donc de réduire l’impact écologique de votre logement de manière considérable. Les pompes à chaleur air-air et air-eau vous aident également à réduire votre facture énergétique en diminuant vos dépenses liées au chauffage.

Pour obtenir davantage de financement, sachez que le modèle air-eau est souvent éligible à des aides fiscales et financières. Les plus connues sont la TVA à taux réduit, le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et les aides et subventions accordées par l’Anah et les collectivités locales.

Bilan énergétique